Pole Technologique




LE POLE TECHNOLOGIQUE DU COTE DE TEL AVIV

Par David Brooks
NYTimes du 11/01/10

Les Juifs forment un groupe ethnique accompli qui se distingue. Ils représentent 0,2% de la population mondiale, mais 54% des champions du monde d’échecs, 27% des lauréats du prix Nobel de physique et 31% des lauréats de la médecine.
Les Juifs représentent 2% de la population américaine, mais 21% du corps étudiant Ivy League (meilleurs étudiants), 26% des personnes honorées par le Kennedy Center, 37% des responsables des Prix universitaires, 38% des plus grands philanthropes figurant sur la liste de Business Week, 51% des lauréats du prix Pulitzer, hors roman.
Dans son livre, "The Golden Age of Jewish Achievement»" (L'âge d'or des réalisations Juives), Steven L. Pease énumère quelques-unes des raisons de ces accomplissements. La foi juive encourage le progrès et la mise en avant de la responsabilité individuelle. Elle est plus axée sur l’étude que sur le rite.
La plupart des Juifs ont abandonné ou ont été contraints d’abandonner l’agriculture au Moyen Age, mais leurs descendants n’ont pourtant jamais oublié le passé et l’histoire de leur peuple. Ils ont souvent migré, avec l’ambition et la volonté de vaincre du migrant.
Ils se sont rassemblés autour des grands centres internationaux et ont bénéficié de la tension créative, endémique en ces lieux.

Une seule raison ne peut expliquer l'ampleur de ce que les Juifs ont accompli. Le plus étrange, c’est qu’Israël n’est pas toujours le plus fort là où les Juifs de la Diaspora l'étaient. Au lieu de se consacrer à la recherche ou au commerce, les Israéliens ont été amenés à dépenser leur énergie pour la défense du pays ou dans des pourparlers politiques.

Milton Friedman avait l’habitude de plaisanter en disant qu’Israël réfute à lui seul tous les stéréotypes juifs. Auparavant, les gens pensaient que les Juifs étaient de bons cuisiniers, de bons gestionnaires et de mauvais soldats, Israël leur a donné tort. Mais cela a changé. Les réformes économiques de Benjamin Netanyahou, l'arrivée d’un million d’immigrants de Russie et la stagnation du processus de paix ont provoqué un revirement historique. Les Israéliens les plus débrouillards se lancent dans la technologie et le commerce, non plus dans la politique. Le résultat a été que la vie publique de la nation s'est étiolée, mais à l'inverse son économie a été revigorée.

Tel-Aviv est devenue l’une des plus grandes métropoles où fleurit l’esprit d'entreprise. Israël a le taux le plus élevé au monde de start-up en high-tech par habitant, et de loin. Il est en tête pour les dépenses de recherche et développement par habitant. Il se classe deuxième derrière les États-Unis par le nombre de sociétés cotées au Nasdaq. Avec sept millions d'habitants, Israël attire autant d'investissements en "capital-risque" que la France et l’Allemagne réunies.
Comme Dan Senor et Saul Singer l’écrivent dans "Le pays des Start-Up ou l'histoire du miracle économique Israélien", Israël a maintenant un pôle classique d’innovation, un lieu où les obsédés de technologies de pointe travaillent côte à côte et se nourrissent les uns des idées des autres.
En raison de sa force économique, Israël a résisté à la récession mondiale comme peu d’autres nations. Le gouvernement n’a pas eu à renflouer ses banques ou à déclencher une explosion des dépenses à court terme. Au lieu de cela, Israël a utilisé la crise pour consolider son économie sur le long terme en investissant dans la recherche et le développement, et dans les infrastructures… Pour cela, il a été amené à augmenter certaines taxes à la consommation… tout en promettant aussi de réduire d’autres impôts à court et moyen terme. Les analystes de la banque Barclays écrivent qu’Israël est le pays qui a eu la meilleure reprise économique par rapport à l'Europe, au Moyen-Orient et à l’Afrique».

La réussite technologique d’Israël est l’aboutissement du rêve sioniste. Le pays n’a pas été créé pour que des immigrants viennent s'installer au milieu de milliers de Palestiniens en colère à Hébron (1). Israël a été fondé afin que les Juifs aient un endroit sûr pour se rassembler et pour créer des choses pour le monde entier.
Ce changement dans l’identité israélienne a des implications à long terme. Netanyahou prône une vision optimiste, celle qui promet qu’Israël deviendra "le Singapour" du Moyen-Orient, avec des bienfaits économiques qui se répandront dans tout le monde arabe. Et en fait, les preuves sont là pour étayer ce point de vue, dans des endroits comme la Cisjordanie (Judée-Samarie) et la Jordanie.
Mais il est plus probable que le bond en avant économique d’Israël creusera le fossé entre lui et ses voisins. Tous les pays de la région disent encourager l’innovation. Certains Etats riches en pétrole dépensent des milliards $ en essayant de construire des centres de recherche scientifique. Mais des pôles comme la Silicon Valley  (Californie) ou Tel Aviv ont étés créés grâce à une conjonction de forces culturelles… Pas grâce à l’argent seulement. Les nations environnantes n’ont pas une tradition de libre échange intellectuel et de créativité technique.
Ainsi par exemple, entre 1980 et 2000, les Egyptiens ont enregistré 77 brevets aux Etats-Unis, les Saoudiens 171. Les Israéliens 7652.
Ce boom technologique a aussi ses limites. Comme l'explique Jeffrey Goldberg Dans "the Atlantic", ces innovateurs sont les personnes les plus mobiles de la terre. Pour détruire l'économie d'Israël, l'Iran  n'a pas besoin de tirer un missile nucléaire sur le pays, l'instabilité suffit pour que les entrepreneurs partent à Palo Alto ils ont déjà des contacts et des maisons. Les Juifs américains ont l'habitude d'avoir un pied-à-terre, au cas où les choses tourneraient mal ici. (1) Aujourd'hui le pied-à-terre des Israéliens se trouve aux Etats-Unis
Malgré une décennie faite de sinistres présages, Israël est devenu une success-story étonnante, mais très évolutive…

Note de la traduction
Cet article américain n'a rien d'un panégyrique d'Israël et il est même teinté de propos inexacts et agressifs quant à l'attachement des Israéliens à leur pays. C'est pendant la période d'instabilité la plus noire du pays (intifada 2 de 2000 à 2005) que le boom technologique s'est ancré définitivement dans le pays. Si les Israéliens naviguent entre leur patrie et les Etats-Unis, c'est parce que la technologie l'exige et s'ils émigrent, ce n'est certainement pas pour des raisons d'instabilité, mais de ressources financières.

The Tel Aviv Cluster
NYTImes January 11, 2010 

Aucun commentaire: