La Stèle de Merenptah

           

                          Stèle de la victoire de Merenptah
                          XIX dynastie - règne de Merenptah  
                          H: 318 cm, L: 163 cm, Epaisseur: 31 cm 
                          Granit - Musée du Caire





La première mention du peuple d’Israël 

La Stèle de Merenptah 

Cette stèle relate le combat de Merenptah contre ses  ennemis. Parmi ceux-ci, se trouve le peuple d'Israël dont le  nom fut mentionné pour la première et unique fois dans un  monument égyptien.


Histoire de la Stèle de Merenptah (découverte en 1896) 

Cette stèle de granit gris, qui mesure 3,18 mètres  de haut sur 1,61 mètre de large et 31 centimètres d'épaisseur, fut érigée par Aménophis III. Mérenptah, treizième fils et successeur de  Ramsès II, en utilisa le verso pour faire inscrire, à la date du troisième jour du troisième mois de  chémou (l'été) de l'an 5 de Mérenptah, un hymne à sa personne et commémorer sa campagne militaire victorieuse de l'an 5 (vers -1210) en Libye et au pays de Canaan.
La scène en haut de la stèle  représente Amon-Rê en compagnie de Mout et Khonsou qui confèrent au souverain le  cimeterre de la victoire. Gravée de droite à gauche, l'inscription glorifie tout d'abord le pouvoir du souverain, vainqueur des Tjehenou. Les différentes sources permettent de préciser que la victoire  de Mérenptah est remportée sur une coalition des Libyens (Lebou et Meshouesh) avec les  Peuples de la Mer (Akaouash, Toursha, Rouk, Shardanes et Shakalash). Le chant triomphal se  poursuit par un émouvant hymne à la paix.

La stèle est particulièrement connue pour contenir, dans la strophe finale, la première mention  supposée d'Israël (ou plutôt, des Israélites) hors  contexte biblique, c'est également la seule  mention d'Israël connue dans les textes égyptiens. 

La mention d'Israël se trouve à la 27e ligne (l'avant dernière), dans une liste des peuples de
Canaan vaincus par Mérenptah. Elle est constituée de hiéroglyphes à valeur phonétique et de
hiéroglyphes à valeur déterminatives qui désignent des peuples (l'homme et la femme) étrangers
(le bâton de jet). Il ne s'agit donc pas de la mention d'un état ni d'une ville, mais plutôt d'un peuple
cananéen qu'on identifie généralement aux proto-Israélites.

akadem

Histoire du peuple Juif

Aucun commentaire: